Comment votre statut socio-économique influence votre poids et votre santé ?

Last modified date

Comments: 0

Le pouvoir d'achat

L’alimentation est aujourd’hui reconnue comme un facteur clef de la santé des individus sinon même le plus important. Que l’on souhaite maigrir ou tout simplement préserver sa santé, il est indispensable de s’alimenter correctement. Le corps humain une usine qui transforme tout ce que nous avalons en éléments chimique qui sont ensuite utilisés par l’organisme pour notre survie quotidienne. Si s’alimenter bien est salutaire pour sa santé, s’alimenter mal en qualité et/ou en quantité peut avoir un impact négatif aussi bien sur son poids que sur sa santé. Toutefois, bien s’alimenter n’est pas toujours à la portée de tout le monde. Les aliments diététiques recommandés, de haute qualité nutritionnelle, ont en général des prix plus élevés que ceux de qualité plus faible ce qui ne les rend pas toujours accessibles. Par ailleurs, ces aliments de basse qualité nutritionnelle et diététique sont en général très énergétiques et surtout bourrés de graisses saturées et de sucres transformés pas toujours idéals pour notre santé.

Des chercheurs de l’Université d’Aix-Marseille et de l’Université de Washington se sont intéressés dans une récente étude à l’impact du statut socio-économique sur la qualité de l’alimentation et ses conséquences sur le poids et la santé des individus.

Valeur énergétique et valeur nutritionnelle des aliments

Les aliments que nous consommons possèdent tous une valeur nutritionnelle et une valeur énergétique. La première représente la quantité d’éléments (macro et micronutriments) contenus dans les aliments et indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. La seconde quant à elle représente la quantité d’énergie sous forme de calories, contenue dans les aliments. Ces deux valeurs sont le plus souvent utilisées sous forme de densité : densité énergétique et densité nutritionnelle. La densité énergétique est le nombre de calories présentes dans une portion de 100 g d’un aliment donné tandis que la densité nutritionnelle quant à elle, est la quantité d’éléments nutritifs présents dans la même portion de 100 g. Si la densité énergétique peut se résumer à un nombre (le nombre de calories), il est difficile de mesurer la densité nutritionnelle d’un aliment par un nombre unique car il existe plusieurs éléments nutritifs chacun jouant un rôle bien distinct dans l’organisme. Les aliments que nous absorbons apportent à l’organisme l’énergie sous forme de calories dont il a besoin pour fonctionner. Un apport moins important que nécessaire et c’est l’amaigrissement : l’organisme commence à développer des maladies et des carences et peut dans des cas extrêmes conduire à la mort. A l’opposé, un apport plus important que nécessaire et c’est la prise de poids assurée voire dans certains cas l’obésité accompagné des maladies métaboliques (diabète, hypertension, maladies cardiaques). Il est donc extrêmement important de contrôler à la fois la qualité (valeur nutritionnelle) et la quantité (valeur énergétique) des aliments que nous consommons au quotidien.

Niveau de recommandation et densité nutritionnelle et énergétique des aliments

Qualité et prix des aliments

Lorsque nous mangeons les aliments, le niveau de satiété atteint est fonction de la quantité d’énergie avalée (calories) issue de ces derniers. Les éléments nutritifs quant à eux ne jouent pas un très grand rôle sur la satiété car ils n’apportent que peu ou pas d’énergie. Les aliments très énergétiques et à faible valeur nutritive sont en général très bon marché contrairement à ceux riches en nutriments qui sont en général assez chers et apportent moins de calories pour une quantité donnée. C’est pourquoi les régimes sont souvent difficile à tenir sur le long terme en raison du coût élevé des aliments qui y sont recommandés. Par exemple, pour une quantité de 1 kg donnée, les chips, biscuits, pâtisseries, confiseries et autres produits ultra transformés sont moins chers que la même quantité d’aliments sous forme naturelle (fruits et légumes, poisson et viande). Les aliments transformés apportent en général beaucoup plus d’énergie pour une portion donnée contrairement aux aliments naturels et non transformés tels que les fruits, les légumes. Ceci est dû au fait que les fruits et légumes contiennent beaucoup plus d’eau que les produits transformés. L’eau a le pouvoir de diminuer la densité énergétique des aliments en apportant de la masse sans énergie ou valeur nutritive supplémentaire.

Selon l’âge, le sexe et le niveau d’activité physique d’un individu, le nombre de calories nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme peut être estimé. Il est en moyenne de 2000 kcal pour un adulte en bonne santé. Sous un angle économique, il est plus rationnel pour un individu d’obtenir sa ration journalière de 2000 kcal au prix minimum. Ce qui pourrait expliquer le recours aux aliments bon marché et à forte densité énergétique afin d’atteindre rapidement ce niveau d’énergie recommandé. En général, les produits transformés industriellement (pain, biscuits, céréales, cacao et ses dérivés) coûtent moins chers par unité d’énergie (100 kcal). Les fruits et légumes par contre coûtent plus cher pour 100 kcal que les produits transformés. Des ménages limités sur le plan économique auront tout naturellement tendance à consommer les produits denses en énergie et abordables afin d’obtenir au moindre coût, l’apport énergétique recommandé de 2000 kcal. Cependant, ces produits consommés sur le long terme sont susceptibles d’avoir un impact négatif sur notre santé.

Les extraits ci-dessous donnent pour quelques aliments que nous consommons au quotidien, l’énergie et les nutriments contenus dans une portion de 100 g ou de 100 ml (source : Maffo T. Sylvianne Landrine, le régime Thonon).

Tableau 1 : Energie et nutriments contenus dans des portions de quelques aliments (A-C)
Tableau 2 : Energie et nutriments contenus dans des portions de quelques aliments (C-M)
Tableau 3 : Energie et nutriments contenus dans des portions de quelques aliments (M-S)
Tableau 4 : Energie et nutriments contenus dans des portions de quelques aliments (S-W)

Pour prendre l’exemple des poissons, il y en a de toutes les variétés et de tous les prix. Toutefois, tous les poissons ne se valent pas sur le plan diététique. Le maquereau par exemple qui est l’un des poissons les plus consommés dans les pays en développement est aussi le plus énergétique. En effet, comme le montre un des extraits ci-dessus, 100 g de maquereau apportent 305 kcal mais aussi 21 g de matière grasse. Par contre, des poissons comme le saumon, la sole, le bar et la carpe sont plus chers mais moins denses en calories (respectivement 208 kcal, 76 kcal, 124 kcal, 122 kcal pour une portion de 100 g) et contiennent également moins de matières grasses (respectivement 9 g, 0,2 g, 0,8 g, 5 g pour une portion de 100 g). Sur le plan diététique, il est donc conseillé de consommer cette deuxième catégorie de poisson en lieu et place du maquereau. Cependant, compte tenu de leur prix élevé, ils ne sont pas toujours accessibles à tout le monde.

Ainsi, les meilleurs aliments sur le plan diététique sont toujours les plus chers. Il faut parfois casser sa tirelire pour s’en procurer si on ne dispose pas d’assez de moyens. La plupart des aliments conseillés lors d’un régime alimentaire sont souvent inaccessibles pour les ménages pauvres en raison de leur prix prohibitif.

Inégalité de santé, surpoids et niveau de vie

Il est fréquemment admis dans la recherche en matière nutritionnelle que le prix des aliments a une influence sur la qualité de l’alimentation des individus et contribue ainsi à l’émergence d’inégalités sociales de santé. Les individus à revenu faible consomment régulièrement les aliments bon marché et de basse qualité nutritive. Ce qui n’est pas sans poser des problèmes de santé et de surpoids à terme. Contrairement aux individus à revenus élevés qui peuvent se procurer plus aisément les aliments diététiques recommandés. Cette situation est à l’origine d’inégalités sociales de santé causées par le statut socio-économique des individus.

Dans les pays riches, du fait de la consommation d’aliments très riches en calories et graisses saturées, disponibles à moindre coût, l’obésité a explosé au sein de la population à revenu faible ces dernières années et partant, tous les problèmes de santé qui l’accompagne (diabète, hypertension, maladies cardiovasculaires, etc.). Cependant, force est de constater que dans les pays en voie de développement, le sens des inégalités est inversé. Les populations aisées sont plus exposées au surpoids/obésité et ses maladies connexes que les populations moins aisées. Plusieurs études scientifiques ont déjà mis en évidence la corrélation positive entre le statut socio-économique et le risque de surpoids. En d’autres termes, plus le revenu augmente, plus on est exposé au surpoids. Par exemple, cet article mettait en évidence dans une étude menée au Cameroun, que les femmes les plus riches ont en moyenne 7% plus de risque d’être en surpoids que les femmes les plus pauvres.

Cette situation reste un paradoxe car tout comme dans les pays riches, les personnes à revenus élevés ont les moyens de se procurer des aliments plus sains, équilibrés et diététiques par rapport aux populations à revenus faibles ce qui serait en principe un facteur protecteur du surpoids/obésité. Cependant, ce n’est pas le cas, car la prévalence de l’obésité/surpoids est plus forte en milieu plus aisé et quasi inexistante en milieu plus pauvre. Comment donc expliquer cet état de choses ? Bien que cette question n’ait pas encore été examinée sur le plan scientifique, la rédaction de Science Santé+ propose quelques éléments de réponse. Cette situation pourrait être due aux mauvais choix alimentaires opérées par les personnes riches qui bien qu’ayant les moyens de s’offrir des aliments de haute qualité nutritionnelle et diététique, continuent de consommer ceux à densité énergétique très élevée et bon marché. Par ailleurs, ces individus riches ont la possibilité de consommer en plus grande quantité ces produits du fait de leur revenu élevé. Ce qui inévitablement conduit au surpoids et à l’obésité.

Ainsi, la prépondérance de l’obésité chez les personnes à statut socio-économique élevé dans les pays pauvres est due principalement aux habitudes et choix alimentaires. En effet, manger en trop grande quantité des aliments diététiques a le même effet sur le poids et la santé que manger en quantité modérée et de manière fréquente, les aliments de faible valeur nutritionnelle et dense en calories.

Pour faire des choix plus sains, il existe pour chaque aliment dense en calorie et matière grasse, disponible sur la planète, son substitut plus sain et plus diététique mais d’un prix plus ou moins élevé. Ce qui en principe n’est pas un obstacle pour les personnes à revenu élevé. Vous pouvez par exemple remplacer le poisson maquereau par la carpe ou le bar, le lait par le lait écrémé ou demi écrémé, la viande rouge par la viande blanche maigre, la bière par du vin de qualité, etc. et surtout les consommer en quantité modérée.

admin

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
15 × 22 =


Post comment