Voici pourquoi la lecture de proximité ne serait pas néfaste pour la vision chez l’enfant

Last modified date

Comments: 0

Des yeux d'enfant

Avec l’avènement des écrans LED, plasma et LCD sur nos téléviseurs, ordinateurs, smartphones et tablettes, nous passons de plus en plus beaucoup de temps à fixer des écrans fluorescents dont la lumière bleue qu’ils émettent est néfaste pour notre vision. De même, la lecture des supports physiques papiers à petits caractères peut également demander une forte accommodation de la part de nos yeux. Dans ce contexte, les problèmes d’yeux n’ont jamais été autant exacerbés avec une incidence de la myopie chaque année de plus en plus grandissante.

Pour ceux d’entre nous qui sont parents, nous avons déjà au moins une fois martelé à nos petits bouts-de-chou : « éloigne-toi de l’écran !». L’idée très communément admise par cette phrase est que la vision de proximité pourrait conduire au développement de la myopie chez les enfants d’âge scolaire (6 à 13 ans).

Un débat étiologique existe entre les spécialistes de la vision quant au rôle des facteurs génétiques contre les facteurs environnementaux dans la contribution à la myopie. Les risques environnementaux très souvent mentionnés sont la lecture ; l’usage des ordinateurs, smartphones et tablettes ; et la télévision. Des chercheurs américains se sont intéressés dans une étude, à l’identification des meilleurs prédicteurs de la myopie chez les enfants de 6 à 13 ans. Par ailleurs, des études longitudinales menées par deux équipes de chercheurs dirigées respectivement par Jones LA et Saw SM, ont permis de mettre en évidence l’absence de contribution majeure de la vision de proximité comme cause de la myopie chez les enfants. Ce n’est donc pas parce que vos enfants regardent trop la télévision de près ou restent scotchés sur leur ordinateur, smartphone ou tablette toute la journée qu’ils vont pour autant développer une myopie. Il est toutefois important pour la santé oculaire des enfants, de les laisser passer environ 12 heures ou plus par semaine à l’exercice des activités en plein air. Le temps passé en plein air (sport, balades, pic-nic, etc.), apparaît clairement comme un facteur protecteur du risque de myopie chez l’enfant. Ne dit-on pas à ce sujet, que les marins ont de très jolis yeux bleus ? C’est parce qu’ils passent beaucoup de temps à regarder au loin et sollicitent moins l’accommodation de la part de leurs yeux, contrairement à notre société moderne où la vision de proximité est très répandue.

Le traitement de la myopie s’opère en général par correction optique ou interventions chirurgicales pour retarder ou stopper son évolution. Ces traitements sont dans bien des cas très coûteux pour de nombreuses personnes et familles qui ne sont toujours pas à l’abri des dépenses catastrophiques de santé. Le meilleur traitement est dans ce cas, la prévention dès le plus bas âge. Les travaux de Karla Zadnik et son équipe ont permis de tester plusieurs candidats prédicteurs de la myopie chez les enfants de 6 à 13 ans. Parmi ces candidats, on retrouve : le nombre de parents myopes (0, 1 ou 2), le temps passé en plein air, la lecture de proximité chez l’enfant et enfin les caractéristiques oculaires de ce dernier. Parmi ces candidats prédicteurs de la myopie chez l’enfant, seule la vision de proximité (ordinateurs, tablettes, télévision, smartphone, livres) n’a pas été en mesure de prédire la survenue de la myopie chez les enfants d’âge scolaire. Par contre, certaines caractéristiques intrinsèques de l’œil à naissance permettent de prédire avec certitude la survenue de la myopie chez l’enfant au fil des années.

Par ailleurs, un enfant ayant un ou ses deux parents myope(s) est plus exposé au risque de développer une myopie avec l’âge qu’un enfant n’ayant aucun parent myope. Ces résultats renforcent davantage l’idée répandue d’après laquelle la myopie serait héréditaire.

Le caractère original de cette investigation a toutefois été de mettre en évidence l’absence d’effet de la lecture de proximité (livres, smartphones, tablettes, télévision, ordinateur) sur le risque de développer une myopie chez les enfants âgés de 6 à 13 ans.

admin

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
12 × 29 =


Post comment